Organisation

Mariage à l'Etranger: Et si on se disait yes plutôt que oui…


21 February 2011

Envie d’exotisme, d’originalité ou d’intimité ? Le mariage à l’étranger est fait pour vous. La formule évite les grandes cérémonies pompeuses avec des centaines d’invités ou les passages éclairs à la mairie. Et il n’y a pas que Las Vegas pour se dire yes : quasiment tous les pays s’ouvrent à vos plus folles idées. À condition de respecter les procédures pour le faire reconnaître en France. Témoignages et conseils pratiques.

Un mariage classique à la mairie ? Pour Anne Lovera, c’était niet. « Pas assez excitant », résume cette pétillante quinqua, résidant sur les hauteurs de Grenoble. Elle a opté pour des noces à l’italienne, en Toscane, en décembre 2007. « Ni moi, ni mon mari n’en étions à notre premier mariage. Nous avions envie de mettre un peu de piquant. Et comme nous avions un appartement à Lucca, nous nous sommes dit : pourquoi pas là ? Même si nous avons dû changer deux fois de date, car la procédure avec l’ambassade nous a pris plus de temps que prévu. Mais cela reste un super souvenir. Une quinzaine d’amis italiens et autant de Français de notre entourage ont assisté au mariage. L’avantage, comme cela ne s’est pas passé en France, c’est que nous avons pu les garder plus longtemps. Nous avons organisé des déjeuners, des visites, des soirées pendant quatre jours. C’était crevant mais génial de jouer à la grande colonie de vacances. Cela nous a permis de faire la fête plus longtemps. » Sophie Benoît, directrice des programmes web à France Télévisions et fan des romans et films américains, a, quant à elle, fondu pour Las Vegas en avril 2007. « Mais pas en version folklorique, avec sosie d’Elvis Presley et tout le tralala, tempère cette quadra. J’étais en couple avec mon futur mari depuis près de vingt ans quand nous avons décidé de nous marier. Je voulais faire les choses dans les règles, mais je n’avais pas envie d’un grand mariage avec robe blanche et pièce montée. Nous nous sommes unis au Civil Marriage Office de Las Vegas, pas dans une chapelle, très simplement, en présence de mes deux fils, alors âgés de 17 ans. Cela s’est passé très vite et ne nous a coûté que 50 €. Car l’idée, c’était d’en profiter pour faire un grand voyage tous ensemble. »

Comme Anne et Sophie, il est quasiment possible de convoler en noces partout à l’étranger (voir ci-dessous pour la procédure). Si l’un des deux époux réside sur place, le mariage pourra être célébré par un représentant de l’ambassade ou du consulat français. Sinon, par les autorités locales, à condition que celles-ci soient d’accord. Certaines destinations se sont fait une spécialité de ce tourisme de l’engagement, comme Las Vegas et ses myriades de chapelles plus rock’n’roll les unes que les autres, Vérone où l’on peut se passer la bague au doigt dans la maison de Juliette, le Maroc, les Bahamas ou les Seychelles. Des agences de voyage et wedding planners ont même élargi leurs services, pour offrir des packages tout compris (Un Monde à Deux, Final Touch, Express Wedding…). Reste à se décider pour le pays, le nombre d’invités et la durée des festivités.

 

La marche à suivre

Il faut bien le reconnaître, se marier à l’étranger demande une certaine patience. Vous devrez contacter l’ambassade ou le consulat français du pays où vous projetez de vous unir au moins deux mois avant le jour J. Le temps de fournir les documents nécessaires (les mêmes qu’en France) et de faire publier les bans dans l’Hexagone. Après la cérémonie, surtout n’oubliez pas de faire transcrire l’acte de mariage dans l’état civil français. Histoire d’éviter de subir les législations en vigueur dans le pays en question si un jour vous devez vous séparer.

Par Florence Le Méhauté

Partagez ! facebook

Vous aimerez aussi


Mariee Magazine